CURAVIVA Suisse - Infos specialisées - Dossiers thématiques - Formation ES en soins infirmiers en Romandie
Dossiers thématiques

Formation ES en soins infirmiers en Romandie

Situation de départ

La révision partielle de la Constitution fédérale de 1999 a entraîné le transfert de tous les domaines de la formation professionnelle dans la sphère de compétence de la Confédération. L’entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle (LFPr) en 2004 et la révision partielle de la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées (LHES) en 2005 ont concrétisé l’intégration des professions de santé également à l’échelon de la loi. Ce qui a entraîné le transfert de la formation en soins infirmiers de la responsabilité des cantons (déléguée à la Croix Rouge Suisse) à celle de la Confédération. La Romandie a alors opté pour une formation en soins infirmiers au niveau HES exclusivement, alors que la Suisse alémanique a privilégié la voie de la formation en école supérieure. Aujourd’hui, la Suisse alémanique et le Tessin offrent les deux possibilités de se former, avec un quota défini de 10% en HES en Suisse alémanique.

Les études comparatives réalisées sur la base des plans d’études cadres de ces deux formations tertiaires mettent en évidence que les compétences développées dans les soins directs et l’accompagnement des patients ou des résidents sont de nature semblable.

L’argument exprimé pour ce choix d’une seule voie de formation HES en soins infirmiers en Romandie est la volonté de positionner clairement les soins infirmiers comme une profession d’un haut niveau d’exigence scientifique, répondant à la complexité des situations rencontrées dans leur champ d’activité. Les bénéfices attendus sont, d’une part une diminution des nombreux niveaux de formation co-existants dans les équipes de soins - volonté de simplification de la composition des équipes, d’autre part d’amener à une meilleure reconnaissance de ce métier et ainsi de renforcer son attractivité.

Cette argumentation laisse de côté tout un pan de la réalité : Dans l’accompagnement et les soins sont nécessaires non seulement des professionnels-elles formés-ées au niveau des Hautes écoles spécialisées, mais aussi du personnel spécialisé qualifié, qui n’a pas de fonction dans l’innovation et la recherche et qui peut assurer des soins et un accompagnement de haute qualité aux résidents et aux patients. L’augmentation des besoins en prestations de soins, conjuguée à des ressources en personnel restreintes conduisent à la nécessité de former davantage de personnel en soins et accompagnement.

La reconnaissance du métier d’infirmier-ière ne dépend pas de l’existence d’un ou plusieurs niveaux de formation. Au contraire le métier sera mieux reconnu si moins de tâches significatives doivent être déléguées à d’autres groupes professionnels, par exemple aux assistants-tes en soins et santé communautaires.

La formation ES en soins infirmiers

Le PEC pour la filière ES en soins infirmiers est entré en vigueur en janvier 2008 et une nouvelle version adaptée en février 2011. Sur la base de 5400 heures de formation, la filière ES comprend 50% de formation pratique. Le PEC permet de  proposer diverses formes de cursus, en école, en emploi, à temps partiel et l’adaptation de 2011 introduit la possibilité d’une formation raccourcie d’une année pour les détenteurs d’un CFC d’ASSC. Quinze centres de formation dispensent ce cursus dont un au Tessin. Dès cet automne, une nouvelle offre de cette filière, sous forme de projet-pilote, verra le jour à St-Imier, dans le cadre du Centre francophone de formation professionnelle du Canton de Berne.

La formation HES bachelor en soins infirmiers

La formation HES est proposée en Romandie dans le cadre de la HES-SO, sur 6 sites depuis 2002. Quatre HES proposent cette filière en bachelor en Suisse alémanique et une au Tessin. Les HES dépendent d’une législation différente (Loi fédérale sur les Hautes Ecoles Spécialisées - LHES). Les écoles sont soumises à accréditation de la part de la Confédération et non leurs programmes de formation.  Le domaine des soins infirmiers de la HES-SO procède actuellement à une révision de son plan d’études cadre, prévoyant d’introduire une formation en emploi en quatre ans. Curaviva Suisse par son département formation professionnelle a participé à la consultation à son sujet en partenariat avec sa commission romande de formation  et apporté son point de vue sur différents aspects de la formation, en particulier la formation pratique et la formation en emploi.  Deux personnes ont été déléguées par Curaviva Suisse dans un groupe de travail créé sur le thème de la formation pratique.

Etude de faisabilité de l’introduction en Romandie de la formation ES en soins infirmiers

Après 10 ans de ce modèle exclusivement HES de la formation en soins infirmiers choisi en Romandie, et au vu des difficultés rencontrées dans le recrutement de personnel qualifié et du recours très important à du personnel étranger pour pallier le manque d’effectif de niveau tertiaire pour couvrir la dotation requise dans les EMS romands, Curaviva Suisse secteur formation professionnelle et sa commission romande de formation et RH a souhaité questionner cette option prise et mener une réflexion sur l’introduction de la filière ES en soins infirmiers en Romandie. Cette démarche a aussi été fortement motivée par les perspectives de pénurie de personnel de santé annoncées pour les  prochaines années dans le rapport de l’Obsan « Personnel de santé en Suisse – Etat des lieux et perspectives jusqu’en 2020 »

Les moments-clefs de cette démarche de prospection entre 2010 et 2012

2010: Matinée de réflexion « Formation ES et HES en soins infirmiers, quels profils de compétences pour les EMS » et intégration des résultats dans le cadre de la Rencontre romande « Profils d’équipe en EMS, quels enjeux ? ».

2011: A l’occasion de l’ouverture d’une filière ES francophone en soins infirmiers au Ceff, à Saint-Imier, Curaviva Suisse et ses associations romandes d’EMS se positionnent et argumentent leur soutien au développement de cette formation dans l’espace francophone. Une majorité des associations cantonales romandes trouvent raisonnable cette option pour s’assurer à moyen et long terme un personnel qualifié de niveau tertiaire dans leurs institutions et dépendre dans une moindre mesure du personnel étranger. De plus, divers projets de skill-and grademix dans le secteur des EMS intègrent la question des différents niveaux de formation en soins.

2011 – 2012: Travail d’information : De nombreuses activités ont été déployées pour informer, argumenter, répondre à des questions et faire connaître en Romandie le niveau tertiaire B de la systématique de formation nationale dans le domaine de la santé.

Retour

Zu Desktop-Ansicht wechseln Zu Mobile-Ansicht wechseln